Homélie du Père Elie Dimanche des Rameaux 2020

Textes : Is 50,4-7 ; PS 22(21) ; Ph 2,6-11 ; Mt 27,11-54

Homélie du Dimanche des Rameaux 2020

du Père Jean-Paul Elie MAOMOU

            Chers amis, ce dernier dimanche de notre préparation à la célébration de Pâques, nous introduit dans la ferveur du TRIDUUM PASCAL avec un message profond qui interprète les souffrances et la mort de Jésus.

            La première lecture nous dévoile la figure mystérieuse du serviteur de Dieu qui reste anonyme. Dans ce texte, nous sommes face à un serviteur fermement résolu à poursuivre sa mission, au prix des adversités et des persécutions. Sa confiance et son engagement s’expriment dans la triple référence au « Seigneur Dieu », qui l’a envoyé en mission. Cette conviction est  garantie par sa fidélité à Dieu et à sa mission. Il ne se dérobe pas. 

            Même s’il fait l’expérience de l’affliction et de l’humiliation, le serviteur demeure dans la fidélité à Dieu : « J'ai tendu le dos à ceux qui me frappaient, et les joues à ceux qui m'arrachaient la barbe; je n'ai pas soustrait ma face aux outrages et aux crachats. » Mais qu’est-ce qui permet au serviteur de consentir à de telles souffrances sans se dérober ou se rebeller contre Dieu ? D’où lui viennent-ils, ce courage et cette détermination? Sans doute, c’est certainement parce qu’il est convaincu de l’importance de sa mission et qu’il a pleinement foi que Dieu agira en sa faveur : « je sais que je ne serai pas confondu. »  Quelle lumière cela apporte à notre expérience de foi et de vie quotidienne? 

            Regardons autour de nous. Nous avons ou peut-être nous continuons de faire l’expérience de personnes totalement données ou gagnées par la conviction qui les habite. A ce propos, mon regard d’Africain se tourne vers la figure de Nelson Mandela. 

            Sans doute, Nelson Mandela est l’une des figures politiques emblématiques de l’histoire de l’Afrique. Il a pu avoir ses imperfections humaines, mais il n’en est pas moins généralement célébré pour s’être pleinement engagé dans la mise en œuvre de son idéal. Sa volonté de défendre les droits inaliénables de chaque Sud-Africain lui ont valu beaucoup de souffrances. 

            Il a payé le prix fort pour la réalisation de ce rêve, en passant vingt-sept ans de sa vie terrestre entre les prisons et les barreaux. Ce fut un chemin sinueux et âpre vers la liberté, mais la persévérance, sans aucune forme de violence, l’a rendu possible. La passion qu’il éprouvait pour sa vision du monde s’est incarnée dans sa mission et a permis un changement social conséquent dans son pays. Pour cela, en 1993 il a été reconnu par l’humanité comme un artisan de la paix universelle. 

            Bien-aimés du Seigneur, les mots profonds du centurion au sujet du crucifié, « vraiment, celui-ci était le Fils de Dieu », semblent faire écho dans la vie de ceux qui obéissent aujourd’hui à l’appel de Dieu dans le monde. En Jésus, nous trouvons le parfait exemple d’un Fils qui a été fidèle au Père jusque dans la mort. L’engagement de Jésus, tel que le rapporte l’Évangile, entre en parfaite résonance avec la mystérieuse figure du livre d’Isaïe et, en même temps, elle nous offre un modèle quant à la condition de disciple –dans le partage des souffrances du Christ.

            Un proverbe de chez moi dit que « l’homme qui cherche du miel doit pas craindre la piqûre de l’abeille ». Frères et soeurs, rien de ce qui est bon ne nous arrive sur un plateau d’argent. C’est en cela que la liturgie de ce jour jette une lumière sur notre mission de disciples du Christ. Se mettre à la suite de Jésus comprend des moments heureux – des moments où notre « Hosanna » est fort et doux. Cependant, viennent des temps où tout vrai disciple est inévitablement confronté à une souffrance aveuglante comme c’est le cas aujourd’hui où, tous, nous sommes confrontés à la violence de cette maladie.

            Être chrétien c’est choisir de marcher sur les pas de Jésus, non pas de façon intermittente seulement mais tout le temps. Comme les personnages du récit de la passion, nous pouvons, au temps de la souffrance, renier Jésus, le trahir, nous enfuir, nous retourner contre lui, ou faire le choix noble et sublime du disciple fidèle qui continue de marcher avec son maître envers et contre tout.

            L’« Évangile de la prospérité », tel que proposé par les nouvelles communautés chrétiennes, sous-entend une négation de la souffrance. En fait, la souffrance est soupçonnée d’être incompatible avec le message chrétien. Et lorsqu’une personne souffre d’une façon ou d’une autre, sa souffrance est alors souvent mise au compte de son manque de foi. La passion du Christ, telle que la rapporte notre texte évangélique, nous enseigne au contraire qu’elle n’est pas le signe d’un manque de foi. C’est plutôt la foi qui rend supportable la souffrance.

            Nous ne sommes pas appelés à porter une croix ; non pas une croix de bois vers le Golgotha, mais la croix de la persévérance dans la foi.  Cette croix, certains la rencontre dans un mariage brisé ou dans une expérience de rejet. D’aucuns subissent leur passion dans la relation avec un employeur injuste et maltraitant. D’autres encore au moment de l’échec d’un examen ou d’un projet. Chacun de nous devra porter sa croix.Dans toutes ces expériences, alors que nous persévérerons dans nos missions variées et partagerons les souffrances du Christ, nous commencerons aussi à partager sa gloire. Que le témoignage de Marie, nous y aide!

Alphalive, c'est reparti !

Le parcours a recommencé le 30 septembre. Vous pouvez encore nous rejoindre ! 

La prochaine rencontre aura lieu le lundi 7 octobre à 20h au centre paroissial Ste Croix, rue Jacques Dalphin 32A.

Puis les dates sont les suivantes : 14 et 28 octobre | 4, 11, 18 et 25 novembre | 2, 9 et 16 décembre 
Nous vous proposons également un week-end sur le thème de l'Esprit-Saint, les 24 et 25 novembre. Ce week-end aura lieu au bord du lac d'Annecy. 

Chaque séance se déroule de la façon suivante : repas, conférence en vidéo et discussions pour explorer les bases de la foi chrétienne dans un cadre ouvert, amical et détendu.
Alpha c’est le lieu idéal pour inviter des personnes en recherche de foi ou de sens à leur vie.
Nous y verrons des vies transfigurées par l’amour du Christ.
Venez essayer, c’est sans engagement et n’hésitez pas à inviter des amis et des proches !

> Inscriptions sur upca.ch


Alpha octobre19

29 Septembre : Journée BIENVENUE À TOUS !

12


C'est quoi les journées Bienvenue ?
Des célébrations festives et acceuillantes suivies d'un apéritif sur le parvis de l'église pour mieux nous connaître.

Pour qui est-ce ?
Pour tous ! Venez comme vous êtes, proche ou loin de la communauté, croyant, en recherche de sens ou simplement curieux ! 

Pourquoi cette journée sera-t-elle spéciale ?
Le but de cette journée est de faire connaître notre communauté et d'être, pour ceux qui le cherche, les témoins de l'amour de Dieu pour nous ! 
Nous vous proposerons ainsi de nombreuses activités et moments conviviaux pour vous permettre de comprendre le sens de nos rassemblements.

Pourquoi devez-vous venir ?
Parfois, il suffit d'une rencontre, d'un instant pour se découvrir et découvrir un sens à sa vie. Alors pourquoi pas ?

ÉGLISE CATHOLIQUE ROMAINE - GENÈVE

UNITÉ PASTORALE CAROUGE-ACACIAS

PAROISSES SAINTE-CROIX & SAINTE-CLAIRE

22, rue du Collège | CP 1632 | CH - 1227 Carouge GE | Tél. +41 22 342 27 68 | info@upca.ch

Secrétariat ouvert les lundis, mercredis, jeudis - de 8h30 à 14h30 et vendredis de 11h00 à 15h00
au 32a rue Jacques Dalphin - 1227 Carouge

Compte postal 12-624163-3 | IBAN CH 02 0900 0000 1262 4163 3 - UP Carouge-Acacias - 1227 Carouge GE

ECR - GENEVE

UP CAROUGE-ACACIAS

22, rue du Collège - CP 1632
CH - 1227 Carouge GE

+41 22 342 27 68

info@upca.ch

Secrétariat ouvert au 32a rue Jacques Dalphin - 1227 Carouge :
LU - MA - JE - VE
de 8h30 à 15h